Le Standard

Standard F.C.I. N°101 / 06.04.1998 / F - BOULEDOGUE FRANÇAIS

ORIGINE : France.
DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 28.04.1995.
UTILISATION : Chien de compagnie, de garde et d'agrément.
CLASSIFICATION F.C.I. : Groupe 9 Chiens d'agrément et de compagnie.
Section 11 Molossoïdes de petit format.
Sans épreuve de travail.

ASPECT GÉNÉRAL
Typiquement un molossoïde de petit format. Chien puissant dans sa petite taille, bréviligne, ramassé dans toutes ses proportions, à poil ras, à face courte et camuse, aux oreilles droites, ayant une queue naturellement courte. Il doit avoir l'apparence d'un animal actif, intelligent, très musclé, d'une structure compacte et d'une solide ossature.

COMPORTEMENT & CARACTÈRE
Sociable, gai, joueur, sportif, éveillé. Particulièrement affectueux avec ses maîtres et les enfants.

TÊTE
La tête doit être très forte, large et carrée, la peau la recouvrant en formant des plis et des rides presque symétriques. La tête du bouledogue est caractérisée par un retrait du massif maxillo-nasal, le crâne ayant pris en largeur ce qu'il a perdu en longueur.

RÉGION CRÂNIENNE
Crâne : Large, presque plat, le front très bombé. Arcades sourcilières proéminentes, séparées par un sillon particulièrement développé entre les yeux. Le sillon ne doit pas se prolonger sur le front. Crête occipitale très peu développée.
Stop : Profondément accentué.

RÉGION FACIALE
Truffe : Large, très courte, retroussée, les narines bien ouvertes et symétriques, dirigées obliquement vers l'arrière. L'inclinaison des narines ainsi que le nez retroussé (dit « remouché ») doivent toutefois permettre une respiration nasale normale.
Chanfrein : Très court, large, présentant des plis concentriquement symétriques descendant sur les lèvres supérieures (longueur 1/6 degré de la longueur totale de la tête).
Lèvres : Epaisses, un peu lâches et noires. La lèvre supérieure rejoint l'inférieure en son milieu et cache complètement les dents qui ne doivent jamais être visibles.
Le profil de la lèvre supérieure est descendant et arrondi. La langue ne doit jamais être apparente.
Mâchoires : Larges, carrées, puissantes. La mâchoire inférieure décrit une courbe large, aboutissant en avant de la mâchoire supérieure. La bouche étant fermée, la proéminence de la mâchoire inférieure (prognathisme) est modérée par l'incurvation des branches du maxillaire inférieur. Cette incurvation est nécessaire pour éviter un décalage trop important de la mâchoire inférieure.
Dents : Les incisives inférieures ne sont en aucun cas en arrière des incisives supérieures. L'arcade incisive inférieure est arrondie. Les mâchoires ne doivent pas présenter de déviation latérale ni de torsion. Le décalage des arcades incisives ne saurait être strictement délimité, la condition essentielle restant que la lèvre du haut et celle du bas se rejoignent pour cacher complètement les dents.
Joues : Les muscles des joues sont bien développés, mais non en saillie.
Yeux : A l'expression éveillée, placés bas, assez loin de la truffe et surtout des oreilles, de couleur foncée, assez grands, bien ronds, légèrement en saillie et ne laissant voir aucune trace de blanc (sclérotique) quand l'animal regarde de face. Le bord des paupières doit être noir.
Oreilles : De grandeur moyenne, larges à la base et arrondies au sommet. Placées haut sur la tête, mais pas trop près l'une de l'autre, portées droites. Le pavillon est ouvert vers l'avant. La peau doit être fine et douce au toucher.
Cou : Encolure courte, légèrement incurvée, sans fanon.

CORPS
Ligne du dessus : La ligne du dessus se relève progressivement au niveau du rein pour descendre rapidement vers la queue. Cette forme qui doit être très recherchée a pour cause le rein court.
Dos : Large et musclé.
Rein : Court et large.
Croupe : Oblique.
Poitrine : Cylindrique et bien descendue, côtes dites en tonneau, très arrondies.
Poitrail : Largement ouvert.
Ventre et flancs : Relevés sans être levrettés.
Queue : Courte, attachée bas sur la croupe, collée sur les fesses, épaisse à la base, nouée ou cassée naturellement et effilée à l'extrémité. Même en action, elle doit rester au-dessous de l'horizontale. La queue relativement longue (ne dépassant pas la pointe du jarret), cassée et effilée, est admise, mais elle n'est pas recherchée.

MEMBRES

MEMBRES ANTÉRIEURS : Aplombs réguliers vus de profil et de devant.
Épaules : Courtes, épaisses, offrant une musculature ferme et apparente.
Bras : Court.
Coude : Strictement collé au corps.
Avant-bras : Courts, bien séparés, rectilignes et musclés.
Carpe et métacarpe : Solides et courts.

MEMBRES POSTÉRIEURS : Les membres postérieurs sont forts et musclés, un peu plus longs que les membres antérieurs, élevant ainsi l'arrière-main. Les aplombs sont réguliers vus de profil et de derrière.
Cuisse : Musclée, ferme, sans être trop arrondie.
Jarret : Assez descendu, ni trop angulé, ni surtout trop droit.
Métatarse : Solide et court. Le bouledogue doit naître sans ergots.
Pieds : Les pieds antérieurs sont ronds, de petite dimension, dits « pieds de chat », bien posés sur le sol, tournés légèrement en dehors. Les doigts sont bien compacts, les ongles courts, gros et bien séparés. Les coussinets sont durs, épais et noirs. Chez les sujets bringés les ongles doivent être noirs. Chez les cailles et les fauves la préférence ira aux ongles foncés, sans toutefois pénaliser les ongles clairs. Les pieds postérieurs sont bien compacts.

ALLURES

Allures dégagées, les membres se déplaçant parallèlement au plan médian du corps.

ROBE
Poil : Beau poil ras, serré, brillant et doux.

COULEUR

uniformément colorée fauve, bringée ou non, ou à panachure limitée, fauve bringée ou non, à panachure moyenne ou envahissante.
Toutes les nuances du fauve sont admises, du rouge au café au lait.
Les chiens entièrement blancs sont classés dans les « fauve bringé à panachure blanche envahissante ». Lorsqu'un chien présentera une truffe très foncée, des yeux sombres entourés de paupières foncées, certaines dépigmentations de la face pourront être exceptionnellement tolérées chez de très beaux sujets.

TAILLE ET POIDS

Le poids ne doit pas être inférieur à 8 kilos, ni supérieur à 14 kilos, pour un bouledogue en bon état, la taille étant proportionnée au poids.

DÉFAUTS Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
• Nez serré ou pincé et ronfleurs chroniques.

DÉFAUTS GRAVES • Incisives visibles, la bouche étant fermée. • Langue apparente, la bouche étant fermée. • Chien « battant du tambour » (mouvement raide des antérieurs). • Taches de ladre à la face, sauf dans le cas des fauves bringés à panachure blanche moyenne (caille) et des fauves à panachure limitée ou envahissante (fauves). • Poids excessif ou insuffisant.

DÉFAUTS ÉLIMINATOIRES • Truffe de couleur autre que le noir. • bec de lièvre. • Chiens dont les incisives inférieures s'articulent en arrière des incisives supérieures. • Chiens dont les canines sont visibles de façon permanente, la bouche étant fermée. • Yeux hétérochromes. • Oreilles non portées droites. • Mutilation des oreilles, de la queue ou des ergots. • Chien anoure. • Ergots aux postérieurs. • Robe de couleur noir et feu, gris souris, marron. N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.





Fiche de Race (Source SCC)

Caractéristiques générales

Le bouledogue français est un petit chien à l'allure effrontée et vivace est puissant malgré sa petite taille. Tout en lui est court et ramassé : sa face courte et camuse, son corps bréviligne, ses membres et sa queue. Éveillé, actif, intelligent, s'intéressant à tout ce qui l'entoure, courageux et entreprenant, c'est un sportif, très musclé, doté d'une solide ossature. Ses yeux, de couleur foncée, assez grands, bien ronds, brillants et pénétrants, à l'expression éveillée et ses oreilles droites et mobiles sont des éléments importants de son charme et de son succès. Son poil est serré, brillant et doux. Côté couleur, toute les nuances du fauve sont admises, du rouge au café au lait. Il peut être uniformément fauve, bringé ou non, ou à panachure limitée moyenne ou envahissante.
Le poids du bouledogue français ne doit pas être inférieur à 8 kilogrammes, ni supérieur à 14 kilos. La taille, qui varie entre 25 et 35 cm, est proportionnée au poids.

Historique

Le Bulldog anglais, croisé avec des terriers pour réduire sa taille, est à l'origine du bouledogue français.
De nouveaux croisements effectués avec des races indéterminées par des éleveurs passionnés dans les quartiers populaires de Paris dans les années 1880 ont donné naissance au Bouledogue français actuel.
Le standard de la race a été fixé vers 1898 et a peu évolué depuis.
Au départ, le bouledogue avait une double utilité : ratier et gardien. Rien d'étonnant à ce qu'il devienne le chien favori des bouchers et des marchands de vin dont il gardait les entrepôts et les écuries. Avec son caractère vif et intelligent il sort vite des écuries ! Au début du XXe siècle on le retrouve chez les nobles, les riches et jusque dans les cours royales, mais aussi sur les « fortif' » où il est le garde du corps des prostituées et des mauvais garçons. Le premier Club de race est fondé en 1880 à Paris. Le premier standard est établi en 1898, année où la Société Centrale Canine reconnaît la race.

Caractère et Education

Actif, courageux, opiniâtre, bon gardien, le bouledogue français a un caractère bien trempé, mais c'est surtout un tendre et un émotif. Son caractère affectueux, l'attachement qu'il voue à son maître, font partie de son charme. Cet amour exclusif peut le rendre dominant et il convient de lui donner une bonne éducation par la méthode naturelle dès le plus jeune âge, avec douceur et persuasion. Il faudra lui enseigner tout à la fois l'obéissance, la propreté ainsi que l'apprentissage de la solitude. Le bouledogue français adore les enfants. Il aime partager leurs jeux. Il aime aussi les siestes sur une couche confortable.

Alimentation et Santé

L'alimentation industrielle met à la disposition des possesseurs de chiens des spécialités adaptées au poids, à la taille et à l'âge du chien. Elle propose également des aliments correspondant au niveau d'activité physique de chaque chien et à son état de santé. Le vétérinaire peut conseiller de ne donner qu'un seul repas (le soir) ou deux (un léger le matin et un plus copieux le soir) et rien entre les repas. La ration du chien doit être distribuée aux mêmes heures et au même endroit en le faisant manger seul dans un lieu isolé et calme de la maison, après ses maîtres.
L'eau est très importante, elle doit toujours être disponible. En cas de consommation excessive il faut consulter son vétérinaire. Santé : le bouledogue français a un point faible : sa respiration. Beaucoup ronflent de façon bruyante. La chaleur et le stress sont les deux ennemis du bouledogue. Toute situation d'enfermement (cage de transport par exemple) est à éviter. Les oreilles et les plis de la face sont à contrôler fréquemment et doivent être nettoyés avec des produits appropriés. Vivre en ville Citadin par excellence, le bouledogue français s'adapte bien à la vie en appartement même s'il apprécie les balades avec son maître. Sa musculature puissante rappelle que c'est un chien qui a un grand besoin d'exercice. Une petite promenade de cinq minutes est très insuffisante pour son épanouissement physique, même s'il n'a pas besoin de grands espaces comme d'autres races. Le jogging, par contre. est proscrit pour le bouledogue. En outre, c'est un piètre nageur et tout plan d'eau représente un danger. Lors des sorties, il ne doit pas tirer sur la laisse sous peine d'acquérir différents troubles.